La Newsletter Solidaire Assur !

LA NEWSLETTER !

L'actualité de l'assurance sous un angle social et solidaire !

Newsletter Novembre 2018

Un reste à charge zéro, mais à quel prix ?

100%santé

La réforme proposée par le Président de la République, Emmanuel Macron, est au premier abord très intéressante : un reste à charge de zéro pour les frais dentaires, optique et auditifs.

Mais à quel prix va-t-on payer ce reste à charge zéro ?

Selon une étude menée par Santiane.fr (comparateur en ligne de mutuelle), cette réforme va entraîner mécaniquement une hausse de prix des mutuelles. Cette étude montre que les retraités seront les plus touchés par l’augmentation, en effet elle serait de 9,4% sur l’année.

Pourquoi une telle augmentation ? Cette réforme va coûter de l’argent, et cette dépense doit être répartie entre la sécurité sociale et les organismes d’assurance. Les seniors sont les premiers concernés et ce sont eux qui en pâtiront le plus, d’ici 2021, un couple de retraités payant 170€ par mois pour sa complémentaire santé, à terme la facture annuelle bondirait de 192€.

Bien-sûr ceci ne reste qu’une étude, et nous ne pouvons l’affirmer, mais l’ordre de grandeur de la dépense supplémentaire qu’il va falloir financer pour payer le reste à charge zéro elle reste bien réelle. Cette réforme implique une augmentation des cotisations certes mais au-delà de ce c’est un réel progrès pour l’accès aux soins, la gratuité sur un certain nombre d’actes : des soins optiques, dentaires et audioprothésiste.

Une solution ? Rejoindre un collectif pour défendre ses intérêts et réduire les frais annexes de gestion et de commercialisation inhérents aux contrats de mutuelle santé. Le collectif Assurance & Solidarité n’a pas augmenté ses tarifs depuis 2017 grâce à une tarification indépendante des assureurs. Les frais de gestion et de commercialisation sont inférieurs de 20 à 30% par rapport au marché permettant d’économiser jusqu’à 470€ par an et par personne selon la dernière enquête de satisfaction menée par l’association en 2018. Plus d’infos sur : assurancesolidarite.fr

ET SOLIDAIRE ASSUR ?

Vous souhaitez être informé des évolutions de la réforme, rendez-vous sur assurancesolidarite.fr qui suit les grandes orientations pour vous !

Newsletter Novembre 2018

Le maintien à domicile, tout savoir !

Aujourd’hui beaucoup de personnes âgées et leurs familles refusent le placement en maison de retraités ou en EHPAD car le maintien à domicile est possible. Autonome ou non une personne âgée peut choisir de rester chez elle, avec les aides adaptés à ses besoins.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Le maintien à domicile peut être pris en charge par la famille ou par un tiers qui vient l’aider dans les tâches de la vie quotidienne, on appelle cela un aidant familial.

Vous êtes aidant ? N’hésitez pas à appeler La Maison des Aidants (Lille et Roubaix) pour vos questions ou pour avoir un peu de repos

Beaucoup de services sont rendus à ses personnes, comme le portage des repas par la ville, des moyens d’assistance et de sécurité comme les sécuriclés ou les colliers anti-chute, des aides au courses, des prestations de ménage, des soins à la personne…

Associations ou entreprises d’aide a domicile offrent des prestations favorisant le maintien au domicile des personnes âgées.

La Maison de l’Aide à Domicile (association loi 1901) travaille depuis 1959 au maintien à domicile des personnes en situation de fragilité. Ses services regroupent un large éventail de services à la personne allant de l’aide à la toilette, à l’aide au coucher et lever, l’aide au repas, le ménage, l’aide au courses, des soins infirmiers. La maison de l’aide à Domicile prend en charge les personnes âgées mais aussi les personnes en situation de handicap, avec des services de qualités.

Pour plus d’informations : www.maisondelaideadomicile.fr 

ET SOLIDAIRE ASSUR ?

Chaque année, Solidaire Assur co-organise avec l’association Assurance & Solidarité un colloque sur la thématique de la santé et du bien vivre. L’an dernier, ce colloque s’est tenu à Lompret sur la question du Bien Vieillir. Une après-midi riche en échange avec la participation de la Maison de l’Aide à Domicile pour intervenir sur les enjeux liés à la dépendance.

Newsletter Novembre 2018

Renforcement de l'accès aux soins pour les enfants de 0 à 6 ans

La Ministre des solidarités et de la santé et le ministre de l’éducation nationale entendent renforcer leur parcours de santé, ce plan national de santé publique comporte un volet majeur pour les enfants âgés de moins de 6 ans. Ce parcours de santé est en cohérence avec le haut conseil de santé publique car celui-ci préconise une visite médicale avant 6 ans pour détecter les éventuels troubles de la vision, de l’audition ou dysfonctionnels mais aussi prévenir des risques d’exposition au tabac, l’obésité qui peuvent affecter les jeunes enfants.

Pour renforcer le parcours de santé de ses enfants les deux ministres ont annoncés des mesure concrètes :

(1) La politique de santé scolaire va s’inscrire dans lapolitique de santé publique.
(2) Mieux construire et coordonner l’accès à la santé desenfants avant l’âge de 6 ans, grâce à un travail partagé entre la santé scolaire, la protection maternelle et infantile et les professionnels de santé,au profit de la détection des maladies ou troubles risquant d’affecter l’adaptation en milieu scolaire et l’apprentissage.
(3) Offrir aux familles des ressources leurs permettant d’assurerà leurs enfants une meilleure prévention

Newsletter Septembre 2018

Vers un reste à charge zéro pour le dentaire ?

Le texte vise d’abord à améliorer la prévention pour éviter la pose de prothèses. Il veut ensuite encadrer le prix des prothèses pour réduire voire supprimer les 40 % de factures qui restent à la charge du patient.

Pour cela, l’Assurance maladie et les complémentaires santé vont débourser 800 millions d’euros sur cinq ans qui permettront de mieux rémunérer les dentistes pour les soins de base (bloqués depuis 25 ans) : détartrage, soins sur carie… En échange, les professionnels acceptent un encadrement des prix sur 70 % des 11 millions d’actes prothétiques réalisés chaque année.

Trois paniers de soins
(1) Le premier, c’est celui du « reste à charge zéro ». On y trouve tous les soins de base et des prothèses de qualité dites « standard » dont le prix sera plafonné à 500 €.
(2) Le deuxième panier comprend des couronnes, bridges et dentiers de qualité supérieure aux prix plafonnés à 550 €.
(3) Le troisième panier dont les prix sont libres les 30 % de prothèses qui composent le haut de gamme et tout ce qui n’est pas remboursable, dont les implants.

[source : le Parisien, “Soins dentaires : le «reste à charge zéro» entrera en vigueur en 2020, 02 juin 2018]

Newsletter Septembre 2018

Résiliation et renouvellement de ma mutuelle, tout savoir !

Il existe plusieurs possibilités pour résilier votre contrat de mutuelle :

(1) La résiliation à l’échéance, c’est à dire à la date où se renouvelle votre contrat (voir les conditions générales ou votre carte de tiers payant). Pour cela, il est nécessaire de respecter deux mois de préavis pour prévenir votre assureur en lui envoyant une lettre  en recommandé.

(2) La résiliation en loi Châtel, si vous avez dépassé le préavis de deux mois mais que vous n’avez toujours pas reçu votre nouvel échéancier, vous disposerez de 20 jours à la réception de celui-ci pour résilier votre contrat (en recommandé).

(3) Vous changez de situation familiale ou professionnelle ? Vous pouvez, avec un justificatif, résilier votre contrat. Appelez nous au 03 20 55 97 01 pour faire le point avec nos conseillers.

Pour télécharger un modèle de lettre de résiliation : CLIQUEZ ICI

ET SOLIDAIRE ASSUR ?

Une question ? Un besoin d’accompagnement ? Les conseillers de Solidaire Assur sont disponible de 9h à 18h au 03 20 55 97 01 ou à contact@solidaire-assur.com pour vous aider dans vos démarches.

Newsletter Septembre 2018

Renoncement aux soins, quelle est la situation ?

Cette question est au cœur d’une étude fort instructive rendue publique mardi 28 mars par l’assurance-maladie. Elle montre que ce phénomène n’est pas anecdotique puisqu’il concerne plus d’un quart (26,5 %) des assurés sociaux. « De par son ampleur et ses conséquences multiples, le renoncement aux soins, source d’inégalités et de dépenses supplémentaires à moyen et long terme, devient un défi qui concerne la collectivité dans son ensemble », indique l’assurance-maladie.

Cette étude a été conduite dans 18 caisses primaires avec l’Observatoire des non-recours aux droits et aux services (Odenore) mis en place par une équipe du CNRS et de l’université Grenoble Alpes. Au total, 29 000 personnes, venues dans leur caisse, ont été interrogées sur un éventuel renoncement aux soins au cours des 12 derniers mois. A l’arrivée, 7 000 ont répondu par l’affirmative. 

Les deux sources de ce renoncement : la question financière mais aussi une pudeur, une gêne à demander de l’aide.

[source : La Croix, “Renoncement aux soins, un assuré social sur quatre serait concerné”, 28/03/2017]

ET SOLIDAIRE ASSUR ?

Solidaire Assur appuie l’association citoyenne Assurance & Solidarité dans son développement pour permettre au plus grand nombre de rejoindre son contrat collectif et solidaire de Mutuelle Santé. Depuis 3 ans, nous avons observé, qu’en moyenne les personnes nous ayant rejointes économisaient près de 470€ annuellement. Voici notre action pour éviter le renoncement aux soins, une mutuelle santé de qualité et abordable !

Newsletter Juillet 2018

L'accès aux soins pour tous les budgets

L’Aide à la Complémentaire Santé vise à apporter aux personnes dont les ressources sont inférieures au seuil de pauvreté, mais trop élevées pour bénéficier de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), une aide financière pour acquérir une complémentaire santé. Le montant de cette aide augmente en fonction de l’âge du bénéficiaire pour tenir compte du fait que le coût des complémentaires augmente avec l’âge.

Si le nombre de bénéficiaires de la CMU-C ne progresse désormais que peu, celui de l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS) poursuit une progression soutenue.

Ce nombre de bénéficiaires s’élève à 1,59 million à fin février 2018, soit une progression de 7,2% sur les 12 derniers mois (et de 7,9% rapporté à décembre 2017). Cette progression est équivalente quel que soit le régime, qu’il soit général (93,1% des bénéficiaires), agricole ou des indépendants.

Vous souhaitez souscrire un contrat labellisé ACS par notre intermédiaire, rendez-vous sur Mutuelle Santé Citoyenne – ACS

ET SOLIDAIRE ASSUR ?

Nous travaillons en collaboration avec le Pôle santé du CCAS de Loos, particulièrement avec la médiatrice santé qui accompagne le public dans l’ouverture de leurs droits de santé. Lors de nos permanences, si nous rencontrons des personnes étant éligible à l’ACS, nous lui proposons de faire la demande et si besoin la redirigeons vers la médiatrice santé pour l’aider à faire sa demande.

Newsletter Juillet 2018

Vers une déshumanisation des services de la Sécurité Sociale ?

La Caisse primaire d’assurance maladie tend de plus en plus à dématérialiser ses procédures vers les usagers pouvant entrainer une aggravation de la fracture numérique pour les personnes qui ne seraient pas équipés ou n’étant pas en mesure de réaliser ces tâches en ligne.

Lors de nos permanences nous avons rencontré un nombre important de personnes dans ce cas qui n ’ont pu nous fournir leur attestation de Régime Obligatoire, document obligatoire pour la mise en place d’un contrat de complémentaire santé (télétransmission entre l’assureur et la Sécurité Sociale).

Quelques chiffres :
    ♦ 20% des usagers déclarent rencontrer des difficultés “pour accomplir des démarches administratives courantes”
    ♦ 27% parmi n’ont pas accès à internet
    ♦ 33% bénéficiant d’un accès au web, se sentent néanmoins peu à l’aise avec le numérique. 

Les publics précaires ne pouvant trouver de l’aide auprès de proches, une personne sur quatre éprouve des difficultés à trouver des informations administratives sur internet.

ET SOLIDAIRE ASSUR ?

Pour accompagner au mieux nos adhérents, nous nous engageons à réduire cette fracture numérique. Comment ? En renforçant nos permanences afin de pouvoir être présent pour aider à la navigation sur le site AMELI et pour offrir la possibilité aux personnes d’imprimer leur attestation. Et nous nous engageons à orienter les personnes sans compte AMELI vers la médiatrice santé du CCAS pour ouverture des droits.

Newsletter Juillet 2018

Réduction des aides sociales, vers où allons-nous ?

IMAGE-4

Selon Bercy, l’objectif du gouvernement est « de revoir les dispositifs » dont l’État estime « qu’ils ne remplissent plus le rôle pour lequel ils ont été créés ». Autrement dit : « d’améliorer leur efficacité ».

Pour trouver de nouvelles économies, le gouvernement s’intéresse désormais ouvertement au système des aides sociales. Mais Edouard Philippe l’a assuré : il n’y aura aucune baisse des aides sociales individuelles. 

Réagissant à une information du Canard Enchaîné selon laquelle un objectif de réduction de 7 milliards d’euros des dépenses sociales, le Premier ministre a démenti : “Nous ne nous posons pas la question de savoir s’il faudrait réduire de tant, ou augmenter de tant, les aides sociales.” En revanche, il compte bien lancer un audit du système. 

L’idée serait de “modifier le paramétrage de la prime d’activité, en abaissant le niveau de ressources à partir duquel on n’y a plus droit (actuellement 1,3 SMIC pour une personne célibataire).

ET SOLIDAIRE ASSUR ?

Solidaire Assur est le partenaire historique du 1er contrat collectif citoyen ouvert à tous sans condition d’âge, de santé ou de localisation. Par ce biais, nous sommes en mesure de proposer un contrat de complémentaire santé de qualité à un prix groupé. Ce contrat a rencontré en 2017 un taux de satisfaction de +97% et a permis de faire économiser en moyenne 470€ / personne / an.